La nostalgie du ventre

Salut la compagnie,

Hier j’ai entendu maman parler avec papa d’un petit frère qu’ils mettront en route l’année prochaine (ça y est je crois que le message commence à monter au cerveau, il était temps !)

Je me suis imaginée maman avec mon petit frère dans son ventre, ce petit frère là, bien au chaud et paisible en train de grandir. Je ne le connaîtrai pas avant qu’il ne sorte au grand jour, je ne pourrai que l’imaginer pendant 9 longs mois (pfiuuu 9 mois c’est même pas la moitié de mon âge, faudra que je sois patiente nom d’une p’tite bonne femme!)

Sera-t-il joueur, câlin, coquin ? Sera-t-il calme, gros dormeur, gourmand ? Sera-t-il obéissant, dégourdi, douillet ?

Et puis je me suis rappelée du temps où j’y étais, moi, dans le ventre de maman, et je me suis faite cette réflexion « je suis pareil à l’extérieur qu’à l’intérieur »

SAMSUNG

Quand j’étais dans le ventre de maman j’avais souvent le hoquet, et bien ça ne m’a jamais quittée, après chaque repas HIC HIC HIC

J’étais aussi une grande tonique, je bougeais sans cesse, à tel point que parfois j’entendais maman pleurer le soir tellement j’avais mis ses nerfs à vif ! Cependant, l’avantage, c’est que la nuit venue je m’endormais à poing fermé pour ne regigoter que le lendemain matin. Ma mère pouvait donc passer une bonne nuit. Encore aujourd’hui je fonctionne de la même manière, la journée c’est BOUM PAF BINGUE faut que ça bouge, et la nuit DODO, RIDEAUX faut se reposer

J’étais toute mignonne, je ne leur ai pas fait de frayeur à être trop basse, à ouvrir le col, à avoir du sucre dans le sang, de la tension ou une nuque trop épaisse… Et bien pareil aujourd’hui je suis un A-MOU-REUH, je suis sage et facile

J’étais aussi une grande joueuse, dès que maman posait sa main, je lui donnais un petit coup de pied, de main ou de tête, selon, et elle essayait de m’attraper. Mais je ne me suis jamais fait eue, du coup elle est restée chat pendant toute la grossesse LA PAUVRE. Et bien aujourd’hui je suis toujours aussi joueuse, je suis coquine, taquine, je fais des blagues, je ris tout le temps

Alors je vais bien observer le ventre de maman quand elle sera enceinte et ça me donnera des indications sur mon petit frère. Et je lui ferai des tas de bisous pour qu’il sache que je l’aime déjà et que quelque soit son caractère, je serai sa grande soeur

Il me manque le ventre de maman, j’y étais bien, au chaud, à entendre son cœur et sa voix en permanence, à n’avoir jamais mal ni peur, à ne manquer de rien et à ne pas connaitre la frustration
J’étais dans un grand bain de douceur

J’aimerai bien y retourner dans le ventre de maman, sauf que cette fois-ci je prendrai tous mes jouets

Je vous fais des bises
Alice

———————

EDIT : NON maman n’est pas enceinte hein ? 

Publicités

12 réflexions sur “La nostalgie du ventre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s