Faire l’apprentissage de la douleur

Salut la compagnie,

Je suis peut-être pas très grande mais j’ai déjà vécu pas mal de chagrins dans ma vie, et de souffrances physiques

J’ai connu des chagrins, des petits et des grands
* La première fois que j’ai été triste et que mon cœur s’est brisé, c’est quand j’ai été séparée de ma mère pour la première fois
* J’ai pleuré quand j’ai eu des contrariétés, des frustrations : « non tu ne peux pas avoir ce jouet » « non maman ne peut pas te prendre tout le temps dans les bras » « non papa ne te donnera pas un autre cococat »
* J’ai dû quitter à jamais mon premier amoureux parti vivre en Suisse. J’ai dû me rendre à l’évidence, je ne pourrai pas manger que du cococat mais également des légumes

J’ai connu des souffrances, des petites et des grandes
* 
La première fois que j’ai eu mal c’est quand je suis venue au monde. J’ai dû faire de nombreux efforts physiques pour arriver jusque dans les bras de ma mère
J’ai eu mal quand j’ai eu mes dents, quand j’ai été malade : à la tête, aux oreilles, à la gorge, au ventre…
* Je me suis fait de petits bleus, mais des gros aussi en tombant. J’ai eu des bosses, des plaies, du sang qui a coulé…

Livre de Pierrick Bisinski édition à l'école des loisirs : 2002

Livre de Pierrick Bisinski
édition à l’école des loisirs : 2002

Maman me dit qu’elle voudrait bien prendre ma douleur. Mais alors là, mais si elle veut quoi ! ZÉRO problème, je lui laisse TOUT

Tous les chagrins et les souffrances pour elle…
… comme ça je ne serai que bonheur, joie, allégresse et papillons qui volent !

Mais juste après m’avoir dit ça, elle enchaîne en disant que ce n’est pas possible
La DÉCEPTION

Elle aime ça ma mère, me faire du yo-yo émotionnel : elle me donne une grande joie et PAF une grande déception
Il parait que c’est pareil avec les p’tits gars mais bon, c’est un autre débat !

Elle s’est lancée dans une explication qui ne m’arrange pas. Perso une vie 100% sans douleur ça m’allait bien
Mais elle a su trouver les mots juste pour m’expliquer qu’une vie 100% sans douleur ce n’est pas possible

Ma petite chérie, rien ne sera linéaire. Ta vie est belle mais ne le sera pas toujours. Tu alterneras les joies et les peines, la forme et les maladies

C’est comme dans la vie, même si elle est précieuse il y a partout des souffrances physiques et des souffrances morales

Mais heureusement, il y a aussi des trésors de beauté, de l’espoir, de la joie. Il faudra goûter tous ses instants, les apprécier, les chérir.

D’autres à coté de toi souffriront, il te faudra leur tendre la main et leur communiquer ton bonheur. Plus tard ils te rendont la pareil

Il te faut faire l’apprentissage de la douleur, et c’est ainsi que tu pourras apprécier à sa juste valeur les moment de bonheur

Elle m’énerve nom d’une p’tite bonne femme, parce que elle a toujours quelques fois raison

Je vous fais des bises
Alice

Publicités

10 réflexions sur “Faire l’apprentissage de la douleur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s